Madame et ses dames

Nous étions tranquillement en train de diner, ma moitié et moi, discutant de ci, de ça, lorsque LA phrase fatidique vint s’immiscer dans notre conversation :

– Chéri… Je pense que je vais changer de domestique…
– Encore ! Pourquoi ? lui répondis-je, en reposant mon couvert.

Et voilà, c’était reparti ! Et pourtant les choses commençaient toujours bien, et chaque fois qu’une nouvelle débutait à la maison, ma femme disait qu’elle était mieux que la dernière…

Mais une fois le « round d’observation » fini, au bout de quelques jours, ou semaines, parfois, Madame constatait les défauts et manquements de Awa, Marie ou Bintou… C’est qu’elle est perfectionniste, Madame, et veut que tout soit toujours i.m.p.e.c.c.a.b.l.e.

Attitude légitime, surtout lorsqu’il s’agit de mes chemises, qui, je dois l’avouer, étaient parfaitement repassées pendant les premières semaines, et de plus en plus froissées au fur et à mesure que le temps passait.

Même moi certaines choses m’exaspéraient, finalement.

Ce n’était pas un manque de volonté de bien faire de la part de l’employée de maison, je pense, mais plutôt le fait qu’on est jamais satisfait du travail qu’on peut faire soi – même. C’était d’autant plus évident lorsqu’il s’agit de préparer les repas : Soit il y avait trop d’huile, ou pas assez, soit ce n’était pas assez salé ou trop épicé.

Madame tenait à ce que « son homme » mange bien, lorsque ce n’était pas elle qui cuisinait !

Je l’entendais pester dans la cuisine, lorsqu’elle découvrait que la domestique n’avait pas bien épluché les pommes de terre, oublié de laver les couverts.

Je l’admirais, elle qui chaque soir, rentrée à la maison, aussi fatigué qu’elle puisse être, passait en revue tous les travaux domestiques qu’elle avait confié à la domestique.

C’était important pour elle que tout soit en ordre, propre et bien rangé.

Je l’entendais aussi chaque matin donner des directives, rappelant à l’ordre sur telle ou telle chose, encourageant sur telle ou telle autre, usant de patience et de compréhension. Mais on n’est jamais satisfait du travail d’autrui lorsqu’on peut le faire soi-même…

Ainsi, en attendant de trouver la perle rare, les week-ends, madame s’occupait elle-même des travaux domestiques, montrant, expliquant à la domestique comment faire ci, préparer cela.

Ce n’était qu’au bout de plusieurs tentatives d’amélioration que ma femme se décidait, à défaut de ne pouvoir atteindre la perfection souhaitée avec la domestique, de changer, en embaucher une autre, en espérant qu’elle serait mieux que la précédente. Certaine duraient des mois, d’autres quelques semaines…

Elle n’était pas la seule dans ce cas, à l’entendre discuter au téléphone avec ces amies : la bonne ci, la bonne ça ! Même celles recrutées par l’entremise des maisons de placement ne trouvaient pas entière satisfaction à leurs yeux.

Alors finalement elles échangeaient des trucs et astuces, des numéros et des contacts, pour enfin dénicher celle qui ferait l’affaire, pour un temps, jusqu’à la prochaine « chéri, je pense que je vais changer de domestique… »

Urban Man avril 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.